Petit cake plombière

recette-facile-rapide-cake-sucre-plombiere-rhum-raisin

Dans l’hypothèse où le froid vous donnerait envie de boire un bon thé fumant, voilà de quoi accompagner la théière ! Ce cake est tout simple, fort en rhum. On dirait presque de la glace plombière, le froid en moins. En parlant de froid, si d’aventure vous deviez affronter le blizzard pour aller travailler, ce cake se transporte parfaitement coupé en tranches et comme vous pouvez le faire la veille, il fera une très bonne entrée en matière pour faire des rencontres autour de la machine à café (prenez le cake entier, n’oubliez pas le couteau !)
Si vous n’aimez pas les raisins vous trouverez ici d’autres recettes de cakes : aux brisures de marrons glacés ; à la poire, cannelle et vergeoise ; aux zestes de citron confit, à la banane et au miel

Pour un moule à cake de 30 centimètres de long :

  • 250g de farine
  • 170g de beurre pommade (ramolli)
  • 125g de sucre en poudre
  • 3 œufs
  • 2 cuillères à soupe de rhum vanillé
  • 1 pincée de sel
  • 8g de levure chimique (attention les sachets du commerce font souvent plus de 10g, si vous le mettez entier, votre cake sentira peut-être la levure.)
  • 120g de raisins de Corinthe gonflés dans le rhum, environ un petit bol (faites-en un grand pot, cela se conserve très bien)
  1. Préchauffez le four à 160°C, chaleur traditionnelle (la chaleur tournante sécherait le cake en début de cuisson.)
  2. Vous pouvez utiliser la feuille du robot ou bien réaliser la recette à la main (dans un saladier avec une spatule.) Ce qui vous permettra de commencer à vous réchauffer ! Vous pouvez aussi boire du rhum pour ça.
  3. Travaillez le beurre, le sucre et le sel jusqu’à ce que le mélange blanchisse.
  4. Ajoutez ensuite les œufs entiers un à un (prenez le temps d’incorporer complètement chaque œuf avant d’ajouter le suivant en donnant un tour de feuille ou avec la spatule si vous travaillez à la main.)
  5. Ajoutez ensuite la farine tout d’un coup et travaillez vigoureusement la pâte afin qu’elle devienne fluide et fasse le ruban lorsque vous relevez la spatule au dessus du saladier. Vous allez avoir l’impression que la pâte devient plus souple, plus fluide.
  6. Ajoutez le rhum et les raisins puis donnez un tour afin de bien mélanger la garniture à la pâte. Versez l’appareil dans un moule à cake chemisé avec du papier cuisson.
  7. Mettez au four pour 10 minutes à 160°C puis montez le four à 180°C (démarrer la cuisson à four moyen permet à la pâte de lever lentement et donc à la garniture de suivre la levée. Si la pâte lève trop vite, les raisins, plus lourds resteront au fond) et laissez cuire 30 à 40 minutes. Le cake est cuit lorsque la pointe d’un couteau planté au centre du cake ressort tout juste humide (il ne doit pas y avoir de pâte sur la lame du couteau.)

Et vous, quelle est votre recette de cake fétiche ?

Flammekueche à la fourme d’Ambert, poires, noix et miel

recette-facile-rapide-flammekueche-tarte-flambee-poire-fourme-ambert-noix-miel-creme

Devant le succès rencontré à la maison par la flammekueche oignons, fenouil et anis, nous avons vite remis ça avec une version sucrée/salée où la Fourme d’Ambert AOP et le bleu de Liers accompagnent les dernières poires Conférence de la saison . Quelques noix et un peu de miel pour rendre le mariage des plus heureux. 20 minutes de préparation, pas plus. Promis ! Lire la suite

Poire + fromage = parfait sucré/salé

poire-fourme-ambert-noix

Un petit dicton pour annoncer la recette de demain…

al contadino non far sapere quant’è buono il formaggio con le pere

Ne dites pas au paysan combien la poire est bonne avec le fromage

Un proverbe italien médiéval qui nous permet de prendre conscience que le mélange sucré/salé n’est pas une nouveauté et qu’il est bien présent sur les tables aisées de l’époque. Mais pourquoi alors faudrait-il que le paysan soit exclu de ce plaisir ? Parce que la poire, fruit fragile, est à l’époque un aliment non nécessaire, un luxe, un plaisir terrestre dont la noblesse ne souhaite pas laisser une miette aux classes inférieures.

A demain pour un duo poire conférence et Fourme d’Ambert ! (avec la noix pour tenir la chandelle et le miel pour emporter le tout !)

Mijoté de lapin aux rutabaga et fève tonka

recette-facile-rapide-lapin-rutabaga-mijote-tonka-feve-pintade-aixoise

Le lapin c’est bon, à toutes les sauces. Avec des navets c’est très convenu alors remplaçons-les par des rutabagas (des petits, des jolis, c’est la saison. Rien à voir avec ceux que vos grands parents ont dû avaler pendant l’Occupation !) ; ajoutons une pointe de fève tonka… Hop le plat de mémé devient quelque chose de très hipster. Si. On pourrait en manger dans ces nouveaux restaurants à la décoration scandinave, en étant vêtu d’une chemise à carreaux et affublé d’une paire de lunettes rondes en écaille. Vraiment, cet hiver le lapin aux rutabagas est über cool. Lire la suite

Flammekueche à l’oignon, fenouil et anis

flammekueche-fenouil-oignon-anis-facile-rapide-recette-pintade-aixoise

La température continue à descendre en Provence, alors mettons le cap au Nord Est, vers l’Alsace et sa flammekueche ! La pâte est rapide et simplissime à exécuter. Beaucoup d’oignons et des lardons pour ne pas déroger à la tradition de la tarte flambée alsacienne mais aussi du fenouil et une pointe d’anis pour se rappeler que s’il fait froid, il fait aussi grand soleil dehors. Et puis l’anis, c’est un peu alsacien quand même, il y a tellement de petits bredele à l’anis ! Tout ça donnerait presque envie de préparer Noël, mince, on est en janvier… J’ai raté quelque chose ?!

Cette tarte était un pur délice et nous avons récidivé avec une version Fourme d’Ambert et poires dont vous nous direz également des nouvelles ! Lire la suite

Sauté de veau à l’orange et ras el hanout

sauté de veau aux carottes et orange et ras el hanout

Les températures descendent même en Provence et nous avons du mal à continuer à faire croire aux parisiens que nous prenons des cafés en terrasse tout juste couverts d’un petit pull. Alors on a sorti les cocottes et la chaleur se retrouve dans l’assiette grâce à un sauté de veau aux carottes. Un peu trop tradi pour rester aussi simple : on y ajoute du jus d’orange, une pointe de ras el hanout et c’est presque comme si on mangeait un tajine de l’autre côté de la Méditerranée. Rapide à mettre en oeuvre vous pourrez ensuite retourner sous la couette tandis que le plat mijote. Très hygge tout ça n’est-ce pas ? Lire la suite

Taboulé à l’orientale

recette-facile-rapide-taboule-oriental-semoule-boulghour-menthe-coriandre-tomate-citron

La température va monter. Les cigales vont chanter et vous n’aurez plus du tout envie d’allumer le four… Alors ça vous dit un petit débat sur la recette du VRAI taboulé ? Parce que c’est toujours comme ça. Dès qu’une recette de taboulé paraît en ligne, les détracteurs de la semoule montent au créneau avec la recette du taboulé libanais : une montagne de persil et une petite poignée de boulghour, entre autres. Si le taboulé libanais est un délicieux mezze, la version à la semoule peut parfaitement être préparée la veille (c’est même recommandé) et se transporter jusqu’à une pelouse de pique-nique puis devenir un plat complet si l’on y ajoute des blancs de poulet pochés et émincés. La recette est à géométrie variable. Vous pouvez y ajouter des pignons grillés, des raisins secs, une brunoise de carotte pour le croquant etc. Lire la suite