Que boivent les jeunes filles en fleur ?

Le printemps est là, les magazines féminins amaigrissants aussi… Ne nous laissons pas abattre pour autant : des terrasses les plus secrètes de la capitale aux pelouses du parc André Citroën, les pique-niques et déjeuners sur le pouce vont devenir fréquents. Mais que boire lors de ces agapes un tantinet champêtres ?

Un blanc ensoleillé avec une entrée plutôt iodée (crabe  ou crevette, allez-y c’est la saison) : la cuvée Elégance 2008 du Château Beaubois. Un Costières de Nîmes à la robe jaune clair aux reflets verts. Brillant, limpide, offrant des notes de fleurs blanches au premier nez puis une belle évocation d’acacia et de miel à l’aération.

Costières de Nîmes, Chateau Beaubois, cuvée Elégance 2008

Un verre de Costières de Nîmes, Chateau Beaubois, cuvée Elégance 2008 dans les salons du Cristal Room Baccarat

J’ai privilégié un blanc car nombreuses sont mes connaissances (féminines) qui pensent que les filles se doivent de boire du vin blanc tandis que les rouges, tanniques, seraient réservés à la gent masculine. Quelle erreur !

J’ai eu l’occasion de goûter il y a quelques jours le millésime 2009 en cours d’élevage (il faudra attendre les déjeuners sur l’herbe de 2011 pour pouvoir pleinement en profiter) d’un Saint Emilion Grand cru. Le Château du Grand Cardinal… Ah si toutes les échographies pouvaient se montrer aussi prometteuses ! Avec 98 % de Merlot et 2 % de Cabernet franc, ce vin à la robe burlat et aux reflets violets offre des notes de fruits rouges. Légèrement boisé il est harmonieux et bien que charpenté (rappelez-vous qu’il est encore dans l’adolescence),  ses tanins sont déjà fins d’une jolie finesse. Alors de grâce les filles, passez au rouge !

Le Saint Emilion Grand Cru 2009 du Château du Grand Cardinal, échographie.

Lieux des dégustations :

Cristal Room Baccarat

11, place des Etats Unis

75016 Paris

Métro Iéna ou Boissière.

Les lieux sont à la hauteur des prix pratiqués, l’assiette un peu moins. Laissez-vous tenter par la plus petite terrasse de Paris, le décor Grand Siècle sur les murs de briques brutes ou encore par l’histoire de cet hôtel particulier, ancienne propriété de la « Vicomtesse du bizarre », qui fut avec son mari Charles de Noailles, l’un des mécènes majeurs de la scène artistique du XXème siècle.

La Truffe Noire

2, place Parmentier

92200 Neuilly

Le chef a su écrire une symphonie autour de la truffe en parfaite cohérence avec la dégustation de vin de Bordeaux à laquelle nous étions conviés. La mise en bouche, une soupe glacée à la truffe était du meilleur augure pour l’ensemble du repas. La purée truffée et le sorbet cacaoté ne furent que des confirmations.

Pour les maniaques de la fiche dégustation :

la fiche technique du Costières de Nîmes, Château Beaubois, Elégance 2008

Pour la fiche technique du Saint Emilion 2009, prenez patience.

Laisser un commentaire sur cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s