Comme une envie de wagashi… La recette des nulles part au Japon

Le titre est un peu ronflant car, comme la pâtisserie occidentale, la pâtisserie japonaise traditionnelle (« wa » japonais et « kashi » sucrerie… Le k se transforme en g par une subtilité de prononciation) est assez complexe à réaliser.

En ce moment, les macarons, woopies et autres cupcakes me lassent. D’une part parce que leur apport calorique est considérable (la grossesse ne constituant pas une excuse pour s’empiffrer à loisir) et ensuite parce que tout ceci a un petit goût de déjà-vu quoi que l’on fasse…

La pâtisserie japonaise est séduisante parce que ses formes souvent épurées (même lorsqu’il s’agit d’un élément figuratif comme une fleur de cerisier, un lapin ou une carpe) sont alliées à des couleurs attrayantes. Les quatre saisons demeurent une source d’inspiration pour le pâtissier japonais. Plus que pour leur goût subtil, les wagashi sont à tester pour leurs textures très singulières au palais occidental.

Je ne dispose pas encore de l’intégralité de la recette des wagashi que je compte réaliser mais je suis en train de vous faire un petit benchmark pour trouver une recette de monaka (souvent en anglais et traduite avec plus ou moins de bonheur du japonais). La monaka est un genre de gaufre et le gâteau qui me fait le plus envie ressemble comme deux gouttes d’eau à un woopie.

Sauf qu’il est fourré à la pâte d’azuki (dont la recette, simplissime se trouve ici). Mais si l’azuki… Vous connaissez sans le savoir : un petit haricot de couleur rouge et dont la confiture/crème/pâte présente des qualités organoleptiques furieusement proches de celles de la crème de marron sans pour autant lui ressembler tout à fait. La couleur de cette pâte va vers un joli violine ou aubergine, ce qui n’est pas pour déplaire.

L'objet de mon désir ressemble exactement à ça...

Bref, reste la question de la gaufre. Elle semble cuite à la vapeur (dans un moule ou un gaufrier puisqu’elle est ornée d’un logo). Je n’arrive pas à déterminer si elle doit être réalisée avec de la farine de blé, de riz ou autre… Si quelqu’un a la réponse sur la blogosphère culinaire ou ailleurs, qu’il me fasse signe ! Je ferais bien un stage chez Toraya mais malheureusement, je ne vis plus à Paris…

Toutes les autres recettes pour les nulles sont ici.

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires

  1. Bonjour de Kyoto !

    Quelques détails pour vous aider :

    -Sur la photo, il ne s’agit pas d’un Monaka, mais d’un Dorayaki. Le Monaka a une pâte croustillante fine, celle du Dorayaki ressemble plus au pan cake.

    Le Monaka :
    http://en.wikipedia.org/wiki/Monaka

    Le Dorayaki :
    http://en.wikipedia.org/wiki/Dorayaki

    Une recette du Doryaki qui semble bien (en allemand, à traduire via un navigateur comme Chrome, ça marche très bien !) :
    http://blog.wagashi-net.de/2010/07/dorayaki/

    Un dernier lien, le site de référence pour des recettes japonaises, en anglais :
    http://www.justhungry.com/

  2. Pingback: Made in gourmet… Dévorons la mode ! « www.lapintadeaixoise.com

Laisser un commentaire sur cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s