Omelette d’herbes

Omelette d’herbes. Omelette verte, appelez-la comme vous voulez et régalez-vous. C’est quelque chose qui se fait beaucoup en Provence avec les « herbes » du moment. Epinards, orties, aromatiques, salade verte, etc. Ce qui vous tombe sous la main et qui est vert en somme*.  Cette omelette se déguste tiède ou froide avec un coulis de tomates ou encore une salade verte en vinaigrette (attention les dents de lapin vont vous pousser).

* Prenez garde cependant aux herbes possédant une certaine amertume. Les palais avertis la recherchent volontiers mais elle s’accentue à la cuisson (chicorée, roquette etc. sont à utiliser avec parcimonie dans cette recette).

recette provencale facile omelette herbes

Pour 3/4 personnes

1 gros oignon blanc
1 botte de basilic
1/3 de botte de persil
quelques feuilles de salade verte
3 œufs
huile d’olive
muscade (facultatif)
sel
poivre

Émincez l’oignon et faites-le revenir dans une poêle chaude avec une cuillère à soupe d’huile d’olive puis réservez.  Lavez et émincez le basilic, le persil et la salade. Faites les suer dans une casserole avec un filet d’huile d’olive (attention il faut juste faire rendre toute l’eau aux herbes et à la salade. Il ne doit pas y avoir de coloration). Tout ce vert sans son eau va considérablement diminuer de volume.

Dans un saladier, battez trois œufs, salez, poivrez. Ajoutez de la muscade si vous le souhaitez. Ajoutez ensuite les herbes bien réduites puis faites cuire l’omelette dans une poêle chaude avec un filet d’huile d’olive. C’est une omelette qui se mange plutôt bien cuite, pas baveuse.

Maintenant que les orages des nuits dernières ont rafraîchi l’atmosphère voilà un plat facile qui se glissera à merveille dans votre panier de pique-nique estival !

Bienvenue à tous les nouveaux lecteurs et abonnés du blog qui découvrent la pintade aixoise sur La Provence !

22 commentaires

  1. Très chouette cette omelette ! Je suis fan de tout plat dont l’oeuf est l’ingrédient principal et celle-ci est très appétissante ! Elle me rappelle le « kuku sabzi » de la cuisine perse, une omelette avec des tonnes d’herbes aromatiques, mais cette version est plus légère et plus rapide ; j’aime l’idée du coulis de tomates !

  2. Tombé dans le plat, car nouveau venu ici. Bravo pour ces recettes sans chichi ni effets d’originalité à tout prix. Avec le tour de main ou le détail (qui change tout !) que l’on ne lit pas souvent ailleurs. Vu l’envahissement de mon potager je puis essayer des variantes…Les pointes de houblon me rappelleront les omelettes de ma mère. J’hésite pour la bourtelaigo: trop aqueuse et à réserver pour la salade. Fanes de radis ou carottes décevantes. Ma chère et tendre égaie parfois ses troucho de pétales de mauve. Un peu racoleur cet ajout, je trouve…
    Roberto

  3. Merci pour ce plat aux herbes, je sais où vont finir les petites orties de mon balcon..Ma mère faisait la même omelette ,mais avec de la ciboulette, à manger tiède ou froide en pique-nique. Bonne idée que ces ouvertures vers la cuisine iranienne, tellement savoureuse et originale, méconnue en Europe. Encore bravo, j’adore la Pintade, son tour de main,ce n’est pas du chiqué, c’est de l’authentique comme dirait Daniel A.!! Reconnaissance que d’être publiée dans la Provence, bravo!! A propos je vais à Aix(pas si loin que ça de chez moi) qui a une ou deux adresses de restos sans chiqué ( pas du genre grande assiette peinturlurée avec pas grand chose de consistant dedans!) Bon été, ravie de vous lire!!

  4. Bourtelaigo=pourpier; qui colonise mes raies d’arrosage…Sans trop de goût ni gouste mais qui est bien présent dans les recettes végétariennes. Au fait troucho = omelette et plus précisément omelette aux herbes. Tourne-omelette (jolis en terre vernissée) = viro-troucho.
    Chère Pintade tu es une belle madeleine pour moi: j’ai toujours eu un faible pour ces gallinacés; souvenir d’enfance dans la Drôme. Et je garde de mes études aixoises une belle nostalgie, sans remords et sans peine. C’était il y a longtemps…Je verrai bien notre Pintade s »ébrouer dans la fontaine tiède du Mirabeau (qui devient un Mirabobos, hélas!). Bon, quelques beaux grains de mon maïs je te garde…

    • @ Roberto : ah si le pourpier c’est pas mal, ça passe bien dans cette recette ! J’en ai appris une aujourd’hui ! Ma foi Aix devient une ville un peu snob (mais ne l’a-t-elle pas toujours un peu été ?). J’ai un fort joli viro-troucho alors. Mais il date du début du XXe siècle, c’est un honorable monsieur donc maintenant il me sert pour présenter les biscuits. A bientôt par ici donc🙂

  5. Tes recettes simples et bonnes sont toujours un bonheur, je vois que ce cher Roberto y a succombé !!!😉 Moi je la fais surtout avec un mélange oignons blancs (et le vert), persil et coriandre, j’ajoute parfois du fromage râpé pour la consistance et le moelleux et quand j’en ai dans le jardin : à l’oseille !!!

  6. Pingback: Recettes d’été | La Pintade aixoise

Laisser un commentaire sur cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s